Malaisie Fin

Publié le par Corto

Malaisie Fin

 

Après 24 heures de trajet depuis Ko Tao j’arrive enfin à Kuala Lumpur. Nous avons pris un bateau, un taxi, mini bus, un autre mini bus et un vrai bus pour finir. . Heureusement, maintenant je connais bien le coin, il est plus de minuit quand je débarque dans l’hôtel « Le Village » à coté de Chinatown. Impossible à trouver si vous ne connaissez pas son existence. Je me demande s’il existe quelques choses de moins cher à KL (moins de 4€ la nuit). Bien sur il y avait encore du monde autour de la table ou vautré dans les sofas à coté. Ils me proposent aussitôt de les rejoindre. On va discuter jusqu’à 4 heures du mat, de nos vies, de nos voyages. « Dans cet hôtel, si t’as pas de plan pour partir tu y restes trèees longtemps » me dit Guatemala (personne n’arrive à prononcer son nom). Elle est arrivée il y a presque un mois. Elle glande, rencontre des gens, fait des plans pour l’avenir…Elle part aux Philippines dans deux jours. C’est un peu comme Nicolas. Je l’avais rencontré ici même il y a deux mois. Il venait de passer un mois ici. Et la il revenait de deux mois aux Philippines je crois.

 

Dans les rues de KL, juste a coté du MacDo on peut trouver ça :

 

Dernier repas 

 

On choisi ce qu’on veut, c’est pratiquement à volonté pour 1€. Poulet, poisson, calamar, légumes…délicieux derniers repas pris dans la rue, sur un tabouret en plastique.

Mais voila dans quelques heures je serai en France, tout à une fin.

   

Peu de gens connaisse la Malaisie. J’avais dans l’idée un pays assez pauvre, pas trop développé…

 Autoroute

 

Pourtant, encore plus qu’ailleurs, les infrastructures, les technologies sont là. Hier, je regardais le journal de France2. Le présentateur et l’interviewer était fier de montrer que maintenant « on pourra choisir son siège, numéroté, dans un cinéma comme on le fait au théâtre ». Je ne demanderai pas à mes amis de Malaisie depuis combien de temps ils peuvent le faire, ils vont trouver qu’on est vraiment archaïque. Archaïque ou pas, en fait je m’en fou. C’est plutôt qu’on balance cette info comme si c’était une grande avancé, qu’on est toujours à la pointe, les premiers…Pour moi, c’est vraiment pas un problème de ne pas l’être, c’est plutôt d’y croire.

Publié dans Récit de voyage

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article