Bangkok - Ko Samet

Thaïlande

 

Après avoir passé une nuit blanche dans l’aéroport et l’avion, je n’ai qu’un envie en arrivant à Bangkok c’est de me trouver un hôtel bien confortable ou je pourrai dormir toute la journée. Rambouttri village dans Kao San road sera très bien, 11€ la nuit dans une chambre avec clim, télé, douche chaude, serviette propre, savon…le luxe ! Mais j’ai qu’une hâte, c’est d’aller me poser au bord de la mer, sur une île et poser mes bagages pour quelques jours et bosser sur le manuel PSH.


Des le lendemain, je quitte Bangkok,  à part la rue des restos, bar, boite j’ai pas vu grand-chose, se sera pour plus tard. J’ai quand même eu le temps de tomber sur deux gars dans un bar qui était à Leh il y a deux mois.

Alors direction Ko Samet, 150 Bat (3€) pour 3h de bus, 50 bat pour 30 mn de bateau et je débarque sur une petite île de 7 km de long, une petite montagne au milieu (que je n’ai même pas eu envie de grimper !) des plages de sables et des cocotiers


 Naga guest house. Je pouvais pas mieux tomber pour mon envie de dépaysement. Petit bungalow en bois ; lit couvert d’une moustiquaire qui fait de cette alcôve un nit douillet très romantique (Désolé, pas de photo).

Ensuite, je n’ai pas grand-chose à raconter…Quand j’émergeais le matin, j’allais direct me rafraichir dans la mer, ensuite petit déj et boulot au resto. Re-baignade, re-boulot, rere-baignade, resto, bar…Une semaine comme ça.

 

Plage devant mon hôtel

 

J’ai pu tester plusieurs plages de l’île, un bon nombre de restos Thaï et pas mal de nouveaux cocktails. J’ai pu voir aussi un autre tourisme, qui se montre sans complexe. Des vieux gars, grisonnant avec à leur coté de joli (très joli) jeune fille Taï. Au début, je me dis, y’a beaucoup d’expat en Thaïlande, c’est peut-être leur femme. Je suis un peu trop naïf ! Je ne pensais pas que le touriste sexuel s’affichait, au resto, dans les rues, à la plage. En fait ils louent une fille pour tout leur séjour, c’est leur femme de vacances ! J’ai vu tout un groupe de gars bedonnant au resto avec leurs « épouses » passer une soirée comme on pourrait voir chez nous. Les hommes parlent entre eux, les femmes font de même, se collent le temps d’une danse et ensuite retour chez soi.

J’ai beau me dire qu’au moins elles sortent (je l’espère) de la misère, être à coté d’un groupe comme ça au resto ça mets mal à l’aise.

Le deuxième ou troisième soir je me suis fait accoster dans un des bars-boite de l’île par une très charmante fille Thaï. Je me dis trop cool ! Mais après un bucket (le bucket c’est la coutume « local », au lieux de boire les cocktails dans des grands verres, ils mettent ça dans des seaux, l’équivalent de trois verre) de Sex on the Beach (c’est elle qui a choisi J ) je comprends vite que c’est pas mon charme fou qui l’a attiré…dommage. Je lui explique mal à l’aise que moi, c’est pas trop mon truc. Déçu d’avoir perdu du temps avec moi elle s’éclipse. Jai pu la recroiser et discuter un peu plus les soirs suivant avant qu’elle reparte chez elle dans le nord. Elle n’était la que pour un temps très court, essayer de gagner le maximum d’argent pour sa famille. Normalement elle aide ses parents qui ont une petite choppe ambulante, si j’ai bien compris. Apparemment à ce moment ils avaient des problèmes d’argent…C’est elle l’ainé, bas niveau d’éducation, pas vraiment de solution…Le dernier soir que je l’ai vu elle avait un grand sourire, dans deux jours elle rentrait chez elle.

 

Bon question efficacité du boulot, la proximité de la plage et des bars n’aide pas trop. Je décide de retourner à Bangkok pour m’enfermer deux jours et finir mon manuel. Mission effectué, je fais un peu de tourisme dans la ville.

 

Devinez ce que j'ai visité?  Des temples bouddhistes  Eh oui!! Inconsciemment le Ladakh et ses vieux moines - IPod sur les oreilles façon Rayman- psalmodiant la prochaine combinaison du tiercé de marmotte, me manquent.  Mais bon là-bas, pas de chance pour les moines! Ils ne ressemblent pas aux moines que je connais, même pas de Nike Air Jordan pour s'élever dans les airs, ils doivent faire ça mentalement (les pauvres, ça doit être dure. Faudrait chatter avec  un moine Ladakhi et lui demander s'il a réussi sans ses Nike Air??)


Bon bref, ici ils ont vraiment tout mis dans la déco bling-bling mais plus rien pour les moines.

Ont dirai qu'ils ont claqué tout le budget pour la prochaine visite du petit Nicolas en Thaïlande et ils ont plus rien à se mettre que de pauvre tongue et tous le même drap orange. Pas de petit signe distinctif, j'imagine qu'ils ont tous le même Nokia pourri d'il y a dix ans. Ce qui est frappant aussi c'est que dans les deux Wat (gompa ou temple en Thaï) ou je suis allée, ils n’ont même pas pu leur payé de cours de peinture. Ce qu'il y a au mur c'est du tanka de 10m sur 20m fait par un élève en première année.

 

  

 

Bon j'arrête mon trip sur les Bouddhas, mais passer de l'art Bouddhique très roman a du baroque flamboyant, ça fais un choc. Mais ca vaut le coup quand même.

 

J’en ai aussi profité pour me faire presque arnaquer par un chauffeur de touk-touk. Le lonely Planet m’avait pourtant prévenu, mais je me disais que moi, ça pouvais pas m’arriver ces trucs la ! Je voulais faire le tour des monuments à pieds ou en bus. Dans la rue, près du palais, un gars m’accoste, super sympa, militaire en vacances. On cause un peu de sa famille, des trucs à voir à Bangkok. Il me dit : dommage pour toi ce matin le palais est fermé, mais tu peux faire un tour en touk-touk, visiter tous les autres monuments et revenir ici vers deux ou 3 heure et ce sera ouvert. OK pourquoi pas, il m’arrête un taxi, marchande le prix pour moi, 40 Bat (80 centimes) pour 2-3 heures de visites, m’arrêter ou je veux. C’est parti ! Un temple, fermé…un autre, statue du bouddha géant debout, sympa. Après les visites non prévu au programme commencent. Il m’emmène chez un vendeur de costard et de châle en soie. J’accepte pour lui faire plaisir, j’ai du temps, je suis en vacances…Les vendeurs de Pashmina j’en ai vu pas mal, je connais…Je m’éclipse rapidement. Ensuite direction l’office du tourisme ou je pourrai prendre plein d’information pour descendre dans le sud. Ok. En fait c’était un agence de voyage, le mec qui m’a reçu était un vrai connard, quand il a vu que j’allais rien acheté chez lui il n’a même pas prix le temps de répondre à trois questions. Bon là, j’en ai ma claque des visites à la con. Mais mon chauffeur veut faire un dernier détour par son pote qui lui donneras des bons pour aller ensuite faire le plein de sont touk-touk. Pas envie ! J’en démords pas, lui ne veut pas me conduire à d’autre temple si on ne va pas chez sont potes…Ok on reste là. Je ne bouge pas du touk-touk, surtout qu’il s’est mis à pleuvoir. Je commence à lire un bouquin, j’ai un peu de temps à perdre, je suis en vacance, mais j’aime pas qu’on me prenne trop pour un abruti. Il repart au bout d’un quart d’heure. Roule cinq minutes, négocie encore, je ne change pas d’avis. Il s’arrête devants une maison, me dit d’attendre là, lui descend du touk-touk et va se promener. 5 min…10min…Le bus que j’avais repéré sur mon plan arrive, mon chauffeur n’est toujours pas de retour, aller, je pars en bus…Lui à perdu 3h, de l’essence, 40Bat, moi j’ai perdu un peu de temps, mais l’après-midi est encore longue et j’ai eu le temps de tout visiter en bus après. J’espère qu’il ne recommencera pas le lendemain avec un autre touriste…

 


<-- Bouddha jouant à cache-cache dans le palais impérial




























 

 


Le même, j'ai gagné!

-->

 

           

   

























Avant



Après  

                      

J’ai eu raison de pas trop médité au Ladakh !

 

 

 

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :