Cameron Highlands - Taman Negara - Penang

11 Novembre

 

Y’a un truc à fêter ce jour la il me semble…Vacances pour tout le monde !! Moi je suis déjà en vacance…alors bon…je continue !

Aujourd’hui direction les Cameron Higlands, plus précisément Tanah Rata. A seulement 4h heures de bus (22,5RM) de KL, on arrive à un petit paradis de montagne et de fraicheur. La journée il ne fait jamais plus de 25°C et la nuit…jamais très froid. On est en novembre, 1300 m d’altitude, je dors juste avec une très fine couverture.

 

 

J’ai décidé de faire quelques jours mode « Touriste à fond ». Je pars donc le lendemain matin avec un tour organisé pour voir la plus grosse fleur du monde, visiter un village d’aborigène, boire du thé au milieu des plantations sur les coteaux fertiles des Cameron, découvrir la beauté des lépidoptères locaux et dégusté les fraises succulentes qui poussent grâce à la fraicheur et au soleil des higlands.

Il s’avère que les fraisent sont moins bonnes que dans mon jardin à Champlitte (mais quel bonheur de manger une gaufre chantilly-fraise), que les papillons (d’une seul espèce) servent à attirer le touriste pour montrer plein d’autre insecte et serpent en cage.

 

 

Le thé aussi à un arrière gout : 3RM la tasse et vu qu’il est 3h de l’après-midi, que je n’ai toujours pas mangé, je m’achète un part de gâteau à 6RM. (Un petit resto sur la route m’aurait complètement callé pour moins de 5RM). Mais je ne vais pas tout critiquer, les montagnes couvertes de plant de thé sont magnifique sous le soleil nuageux et après un passage pluvieux.

 

Aussi pour voir la fleur, on a marché pendant 2h dans la boue au milieu de la jungle, ça c’étais cool !

 

 

La fleur aussi, ça valait le coup, énorme, géante et en plus assez joli.


A oui, j’allais oublier, les Orang Asli (aborigène) des photos n’avais plus le cul à l’air (gràce au jean made in Malaysia) et la tête tatoué de peinture de guerre ou de chasse, ils vivaient juste pauvrement au bord de la quatre voie dans des maisons dont le roseau (plante à tout faire dans leur culture) a été remplacé par la taule ondulé et du contreplaqué. J’ai quand même bien tripé en essayant leur arme de chasse et en plantant en plein dans le mille (une feuille à 10m) ma fléchette empoisonné tiré à la sarbacane. Je peux devenir aborigène, il faut juste que je supporte le jean par plus de 30° et 80% d’humidité et surtout les touristes (comme moi-même) qui croient pouvoir voir de vrai aborigène mangeant comme des aborigènes avec un mode de vie aborigène en payant 10€ la journée du promenade en voiture sans même devoir s’enfoncer de quelques jours de marche dans la foret…Pas facile d’imaginer se supporter des fois !







Une de mes 10 compagnes de marche

 

 








13 Novembre

 

Direction la forêt primitive dans le parc naturel du Taman Negara. 80RM, le transfert est assez cher, mais c’est normal, c’est seulement les touristes que font ce trajet alors ils en profitent. Un touriste pressé, ça fait pas de détour, ça redescend pas à KL pour remonter ensuite, même si ça lui couterai moins cher (environ 50RM)! Surtout qu’avant l’avoir fait, on ne le sait pas, dommage.

Bon bref, j’arrive là-bas. Vu que sur le lonely, il décrivait ma dernière escale un peu de la même façon que l’endroit ou j’arrivai je pensais retrouver hôtels (luxueux et moins luxueux) à profusion, resto en tout genre (starbuck et startdust). Mais voila, ici on est à la fin de la route. La « civilisation » a vraiment fait son entrée il y a moins de 20 ans. Il y a certes quelques hôtels, rien n’enlève la majesté de ce qui se trouve de l’autre coté de la rivière. La vraie forêt vierge ! Un espace préservé depuis des milliers d’années et que les hommes ont réussi à sauver d’eux-mêmes depuis les années 1930. Le lendemain je me promène à l’intérieur, certes des chemins ont été tracé, des marches en bois (ou plastique) ont été placé dans les pentes abruptes de la petite montagne justes à coté du village.

 

 

 

Mais ce n’est juste que pour facilité l’accès aux touristes sur une portion minuscule du parc. En général, seul, on s’éloigne seulement de 3-4km, en groupe, avec guide il vont jusqu'à 10km. Mais les 50 ou 60 autres kilomètres ne sont parcouru que par un seul chemin qui monte au point culminant de la péninsule de Malaisie.

 

 

Autant dire que les 4000km² sont vierges et ça, ça fait plaisir de se dire que personne n’y va (et même pas moi, et j’ai pas envie, j’ai trop peur de toutes les bêtes qu’il y a là-dedans) à part les aborigène, qui cette fois sont des vrais !

 

 

15 Novembre

 

Cette fois je suis repassé par KL. Pour y rester 20mn et repartir vers le nord-ouest venant du nord-est.

Hier je regardai un singe s’échappant au ralenti des projecteurs que l’on braquait sur lui pour s’enfoncer dans les profondeurs de la forêt (voir la vidéo).


 
Je me trouve ce soir à Penang, jungle urbaine aussi fascinante que la dernière. Non préservé, mais au contraire en constant mouvement depuis l’apparition des hommes.

 

 

 

Au départ, il y avait les natifs Malaisiens, tranquille dans leur petite île. Mais un beau jour débarque un colon anglais de la compagnie des Inde orientales qui trouve que cette île est sympa et que ça ferai un bon point de chute pour sa flotte marchande. Penang va alors se faire connaître, attiré des commerçants du monde entier (de mon monde actuel, l’Asie). Une société va se construire avec des influences Malaise, Indienne et Chinoise pour les majorités. Ensuite viendront une multitude d’autre peuple que l’emploie attire : Birman, Indonésien de toutes les îles, Anglais, Portugais, Hollandais…A ce multiculturalisme se superpose les religions. Bouddhistes taoïstes, musulmans, chrétiens, animistes coexistent. Tout cela devait être un beau bordel ! Surtout qu’on peut encore ajouter la domination Anglaise économique, appuyé par un gouvernement et une haute société mixte de Malaisien-Chinois contrôlé par des sociétés secrètes qui se partagent les rues avec les musulmans…Moi j’ai pas vraiment tout compris !

Quand on se promène dans la ville on ne comprends pas tout non plus ! La mosquée à coté de la rue des arméniens qui est maintenant habité par des chinois juste à coté du quartier Indien…

 

 

Un beau bordel, je l’ai déjà dis, mais quel délices de se promener à de découvrir à chaque coin de rue, la demeure toute verte du protecteur du clan des … (je ne me souviens pas le nom de son organisation, mais il s’appelle Kaptain Chung Keng Kwee),

 

 

un temple hindou ou bouddhiste, une maison victorienne, une mosquée et mon hôtel…

Pour 5€, j’avais droit à une chambre de 25m² avec salle de bain (sans toilette) et 4m de plafond. Charme dépassé, désuet, délavé, plâtre qui se décolle…

 

Ma chambre, la première porte à droite

 

Ca fait rêver non ? Moi j’ai adoré, en fermant les yeux j’imaginais le décor au couleur vive, je me retrouvais un peu moins de 100 ans en arrière, une grande maison bourgeoise de Hongkong, des sculptures de dragons, un patio avec des statues et de l’encens fumant à coté. Dommage je n’ai pas rencontré de Raspa et les lanternes rouge, juste de vrai accroché devant de nombreuse autre maison chinoise.

 

 

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :